Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2004

La corvée

Jules Roy Vous vous souvenez de la lettre de notre confrère Jules Roy, père blanc en Afrique ? Il y faisait état de sa situation très précaire suite à plusieurs cambriolages à sa résidence pendant son absence. Il ne lui reste presque plus rien. Voir sa lettre du 29 janvier 2003, postée sur ce blog le 22 février dernier.

Dans la plus pure tradition de la corvée beauceronne, nous vous lançons aujourd'hui une invitation à lui venir en aide.

Chacun à notre convenance, nous pouvons acheminer notre aide, surtout des dons en argent, en passant par la Procure des Pères Blancs de Montréal dont voici l'adresse :

Procure des Pères Blancs d'Afrique,
A/S Jules Roy
1640, rue St-Hubert
Montréal, QC
H2L 4K3

Tél : 514-849-1167
Fax : 515-282-9012

Quand on pense "corvée", on pense tout de suite à la Beauce. Ces corvées font habituellement suite à une catastrophe naturelle comme une débâcle surprise de la rivière Chaudière ou à un désastre comme un incendie majeur. Qui dit corvée dit aussi "action rapide", "solidarité", "mise en commun des forces et des ressources". Tous ces gestes d'entraide font encore aujourd'hui la fierté des beaucerons qui ne manquent pas de se mobiliser dans les temps difficiles.

Parmi les corvées mémorables, il y a celle de 1952 à St-Victor de Beauce, quatre ans après l'incendie du village.

On se rappelle aussi la " Grande corvée " de 1972, à l’usine Glendale Mobile Home Ltée. Une mobilisation populaire avait permis de reconstruire cette usine détruite par un incendie et de le faire très rapidement pour que les gens ne perdent pas leur emploi entre-temps.

"Apparue en France au 9e siècle, la corvée désignait le travail qui devait être fourni gratuitement à un seigneur. Appliquée en Nouvelle-France dans le contexte du régime seigneurial, la corvée était imposée au censitaire qui devait fournir au seigneur de une à quatre journées de travail par année. La corvée réunissait les hommes valides pour la construction et l’entretien du moulin, des chemins et des clôtures ou pour toute autre tâche utile au bien commun. La corvée est devenue une coutume qui, lors de catastrophes, rallie un grand nombre bénévoles pour aider ceux qui ont été frappés par le malheur."

Source : http://www.civilization.ca/vmnf/popul/habitant/corvee-fg.htm

06:30 Publié dans anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.