Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2004

La débâcle

Quelques unes des grandes débâcles sur la rivière Chaudière en Beauce :

1. - Les ravages de l'inondation à St-Georges de Beauce en mai 1896.

medium_debacle4.2.jpg

Source : Le Monde illustré, vol. 13 no 629. p. 57 ( 23 mai 1896 )

2. -À Ste-Marie, le 27 Novembre 1897, une débâcle anormale fait tomber les échafaudages du pont en construction, dont une partie s'écroule dans la rivière.

3. - La débâcle de 1912 a emporté le pont de bois de la paroisse St-Martin. Ce pont fut remplacé l'année suivante par un pont de fer.

4. - Le matin de Pâques 1928, le tout nouveau pont couvert de la paroisse Notre-Dame-de-la-Providence est emporté avec les glaces de la débâcle.

5. - Le 20 décembre 1957, quelques jours avant Noël, un redoux soudain provoque une débâcle monstre sur la rivière Chaudière. À Beauceville, d'énormes morceaux de glace ont quitté le lit de la rivière et se retrouvent sur la 1ere Avenue. On peut même s'en servir pour rejoindre le deuxième étage des maisons.

medium_rueprincipale.2.jpg
Rue principale, Beauceville, décembre 1957

Source : Un gros merci à François Drouin pour cette photo. François est l'auteur des "Événements beaucerons", neuf fascicules sur les évènements de la Beauce au coût de 8.50 $ chacun et encore disponibles aux endroits suivants :

- Marché Métro de Sainte-Marie
- Musée Marius Barbeau à Saint-Joseph
- Librairie DEBB à Beauceville.
- Librairie Sélect à Saint-Georges
- Librairie de la Chaudière à Saint-Georges.

6. - En avril 1987, le niveau de la Chaudière augmente de 8 mètres. 600 bâtiments sont inondés et 2000 maisons sans électricité.

7. - Le 30 mars 2003, la route Kennedy est innondée à St-Joseph de Beauce.

medium_debacle2.2.jpg
Source: Webshots - Débâcle en Beauce - photo prise par gveille.

Voici ce que les gens de St-Martin disent de leur rivière...

"Peu importe la saison, notre richesse, c'est notre rivière. Camouflée, légère et paisible; elle égaie nos douces illusions. Orgueilleuse et passionnée; c'est alors une énigme troublante pour les Beaucerons. Pourtant, au rythme des temps et des émotions, nous aimons notre rivière Chaudière."

Source : http://www.st-martin.qc.ca/

À propos de débâcle, lire ce texte savoureux :

Quand la témérité affronte la débâcle ! cliquez ici.

Débâcle: Rupture des glaces d'un cours d'eau au printemps.

22:05 Publié dans anecdotes | Lien permanent

La corvée

Jules Roy Vous vous souvenez de la lettre de notre confrère Jules Roy, père blanc en Afrique ? Il y faisait état de sa situation très précaire suite à plusieurs cambriolages à sa résidence pendant son absence. Il ne lui reste presque plus rien. Voir sa lettre du 29 janvier 2003, postée sur ce blog le 22 février dernier.

Dans la plus pure tradition de la corvée beauceronne, nous vous lançons aujourd'hui une invitation à lui venir en aide.

Chacun à notre convenance, nous pouvons acheminer notre aide, surtout des dons en argent, en passant par la Procure des Pères Blancs de Montréal dont voici l'adresse :

Procure des Pères Blancs d'Afrique,
A/S Jules Roy
1640, rue St-Hubert
Montréal, QC
H2L 4K3

Tél : 514-849-1167
Fax : 515-282-9012

Quand on pense "corvée", on pense tout de suite à la Beauce. Ces corvées font habituellement suite à une catastrophe naturelle comme une débâcle surprise de la rivière Chaudière ou à un désastre comme un incendie majeur. Qui dit corvée dit aussi "action rapide", "solidarité", "mise en commun des forces et des ressources". Tous ces gestes d'entraide font encore aujourd'hui la fierté des beaucerons qui ne manquent pas de se mobiliser dans les temps difficiles.

Parmi les corvées mémorables, il y a celle de 1952 à St-Victor de Beauce, quatre ans après l'incendie du village.

On se rappelle aussi la " Grande corvée " de 1972, à l’usine Glendale Mobile Home Ltée. Une mobilisation populaire avait permis de reconstruire cette usine détruite par un incendie et de le faire très rapidement pour que les gens ne perdent pas leur emploi entre-temps.

"Apparue en France au 9e siècle, la corvée désignait le travail qui devait être fourni gratuitement à un seigneur. Appliquée en Nouvelle-France dans le contexte du régime seigneurial, la corvée était imposée au censitaire qui devait fournir au seigneur de une à quatre journées de travail par année. La corvée réunissait les hommes valides pour la construction et l’entretien du moulin, des chemins et des clôtures ou pour toute autre tâche utile au bien commun. La corvée est devenue une coutume qui, lors de catastrophes, rallie un grand nombre bénévoles pour aider ceux qui ont été frappés par le malheur."

Source : http://www.civilization.ca/vmnf/popul/habitant/corvee-fg.htm

06:30 Publié dans anecdotes | Lien permanent | Commentaires (0)

24/03/2004

L'abbé Mathias PELLETIER ( 1924-1969 )

medium_mathias-pelletier.jpgM. l’abbé Mathias Pelletier est né le 14 février 1924 à Saint-Louis-du Ha! Ha! (Témiscouata) et il était le fils de Paul Pelletier, courtier en assurances, et de Alphonsine Leclerc. Il compléta ses études classiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe et au Collège des Jésuites de Québec. Il fit ses études théologiques au Grand Séminaire de Québec. Il fut ordonné prêtre le 4 juin 1950 en l’église Saint-Patrice de Rivière-du-Loup.

Il fut d’abord professeur au Séminaire de Saint-Georges de Beauce de 1951 à 1960. Au cours de cette période, soit en 1953, il fut nommé membre de la Commission diocésaine du chant sacré et de la musique religieuse. De 1960 à 1962, il fit des études musicales à l’Université Laval et à Paris. À son retour, il exerça successivement les fonctions suivantes : professeur de chant sacré au Grand Séminaire de Québec (1962 à 1966); professeur au Petit Séminaire de Québec (1966-1968); secrétaire général de la Société des Amis de l’Orgue de Québec (1966-1969); aumônier du Centre d’accueil pour délinquants à la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin de Québec.

Il est décédé accidentellement à Bridgetown (La Barbade) le 27 janvier 1969, à l’âge de 44 ans. Un premier service funéraire eut lieu en la chapelle du Grand Séminaire le 25 janvier et des funérailles furent par la suite célébrées en l’église Saint-François-Xavier de Rivière-du-Loup, où il fut inhumé au cimetière paroissial.

Merci à l'équipe des Archives de l'Archidiocèse de Québec pour cette notice biographique.

NOTE : L'abbé Mathias Pelletier fonda les Jeunesses musicales de Beauce.

Pour voir un hommage à l'abbé Mathias Pelletier par les Amis de l'orgue de Québec, cliquez ici.