Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2006

Pierre Roy

Mon parcours de vie : 1956-2006

medium_pierre-roy.jpg

Quand nous nous sommes quittés, au terme de la Philo II, j’avais choisi de poursuivre des études en théologie au Grand Séminaire de Québec. Au cours de l’été qui a suivi, j’ai décidé de me diriger vers Sherbrooke. Pendant ces études de théologie (1958-1962), j’ai suivi une formation complémentaire pour devenir officier dans les Forces Armées Canadiennes : une expérience qui m’a permis de découvrir ce milieu particulier et de voyager quelque peu, pendant les mois d’été, à travers le Canada.


Ordonné prêtre en 1962, j’ai travaillé pendant trois ans à la Cathédrale de Sherbrooke et à East Angus. En 1965, je suis parti pour le Brésil et ce fut le début d’une expérience de vie des plus marquantes, une expérience pleine de richesses de tous ordres et qui se poursuit d’une certaine façon encore aujourd’hui. Ainsi, de 1965 à 1969, en collaboration avec différents coopérants en provenance du Québec (Sherbrooke/Nicolet/Saint-Hyacinthe), du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Allemagne et de l’Italie, j’ai été impliqué dans la réalisation d’un projet de développement à caractère socio-économique et religieux dans l’État du Maranhão, l’un des 9 états composant la grande région Nordeste du Brésil. En 1968, après trois années vécues dans des conditions relativement difficiles, j’ai senti le besoin de faire une pause pour me ressourcer quelque peu. J’ai alors fait un séjour de huit mois à Rio de Janeiro, poursuivant des études universitaires pour l’obtention d’une licence en développement des communautés. Par la suite, je suis retourné de nouveau au Maranhão pour continuer le projet.


En juin 1969, après réflexions, j’ai pris la décision de revenir au Québec et de laisser le sacerdoce. Je me suis inscrit à l’Université Laval pour l’obtention d’un baccalauréat en sociologie (1970-1972). Au cours des années qui ont suivi (1972-1980), j’ai travaillé au MSSS et dans le réseau de la santé et des services sociaux et je me suis donné une formation complémentaire en administration des affaires (MBA). Depuis plus de vingt-cinq ans maintenant (1980-2006), j’interviens à titre de consultant dans le domaine de la gestion et du développement des organisations, notamment celles du réseau de la santé et des services sociaux. Ces activités de consultation ont été principalement réalisées au Québec et certaines, à l’étranger. Elles portent davantage sur le développement du Projet d’entreprise, partagé et mobilisateur, ainsi que sur l’organisation et l’évaluation des programmes qui sont privilégiés pour l’actualisation de ce Projet. Dans ces interventions, une place importante a toujours été accordée à la dimension « ressources humaines », car la vie et les gens avec qui j’ai cheminé m’ont permis de comprendre que, dans les efforts que nous déployons pour faciliter la mise en place des changements désirés, « la porte du changement s’ouvre toujours de l’intérieur ». Au cours de ces années de consultation, j’ai cherché à faire en sorte que mes interventions puissent le plus possible prendre appui sur la force et sur l’intégration des trois formations antérieurement reçues : la théologie, la sociologie et la gestion. Cela m’a pris un certain temps, je dois le reconnaître, pour réussir cette intégration. Je pense toutefois avoir relativement bien réussi.


En 1971, plus d’un an après mon retour au Québec, j’ai rencontré et épousé Nicole Plourde, une personne formidable et d’une très grande générosité qui m’a toujours soutenu dans la poursuite de mes ambitions. Native du Saguenay, elle a décidé un jour de se diriger vers Sherbrooke (c’est là que nous nous sommes rencontrés) pour y compléter une formation en sciences infirmières, une profession qu’elle a exercée à Sherbrooke ainsi qu’à Québec où nous habitons depuis plusieurs années. Nous sommes ensemble depuis maintenant plus de 35 ans. Nous avons eu deux fils. Christian, l’aîné, est âgé de 32 ans et il est le papa d’Éloïse, une jolie fille âgée de 7 ans maintenant. Il vit à Montréal et dirige une entreprise spécialisée en création sonore radiophonique. Louis-Charles, le cadet, est âgé de 26 ans. Il vit près de nous à Québec. Nous lui sommes présents, le soutenant dans ses ambitions et ses contraintes.


Tous ceux qui m’ont connu de plus près savent à quel point j’ai toujours cherché, depuis mon retour du Brésil, à développer des liens tout particuliers avec ce pays merveilleux, et ce, aussi bien au plan professionnel qu’au plan personnel. À plusieurs reprises, au cours des 25 dernières années, Nicole et moi avons eu le plaisir de rencontrer et d’accompagner, sous différentes formes, plusieurs visiteurs brésiliens venus au Québec pour parfaire l’apprentissage de la langue française ou pour faire l’étude de notre système de santé. Plusieurs d’entre eux, depuis lors, sont devenus pour nous de grands amis et nous ont aidés à réaliser, il y a deux ans, un grand rêve que nous nourrissions depuis longtemps : faire de nouveau un long séjour au Brésil pour visiter ces différents endroits où j’avais jadis vécu et revoir tous ces amis que la vie nous avait permis de connaître. Ce fut un voyage formidable qui nous a conduits dans plusieurs états du Brésil, me permettant également, sur le plan professionnel, de regarder de plus près certaines expériences novatrices et probantes en matière d’organisation de services de santé et de lancer les bases d’une éventuelle collaboration Québec/Brésil dans ce domaine d’activités. J’espère que ce projet pourra très bientôt prendre forme et vie. Si tel est le cas, je compte y fournir ma contribution avant de prendre, tout comme plusieurs d’entre vous, une retraite bien méritée.


Voilà, en quelques lignes, le parcours que j’ai suivi depuis que nous nous sommes quittés. Au plaisir de vous revoir tous, les 3 et 4 juin prochains…

Les commentaires sont fermés.