Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2006

Roger Vachon

medium_roger-vachon.jpgMon parcours de vie : 1956-2006

Bonjour à vous tous!

En quittant le Séminaire de St- Georges, j’ai décidé d’entrer au Grand Séminaire de Québec pour des études en Théologie (1958-1962).Ordonné prêtre en 1962, je suis nommé vicaire à St – Pie X de Québec pour un stage d’un an. C’est là que j’ai contracté une maladie grave, une piqûre spéciale pour le ministère paroissial. Maladie presque incurable.

En 1963, je suis revenu au Séminaire de St - Georges comme professeur en Belles-lettres et maître de salle pour trois ans. En 1965, j’ai pris un rendez-vous avec Mgr. Audet. J’ai osé lui demander un retour dans le ministère paroissial. À ma grande surprise, il a consenti et m’a dit : « J’ai besoin de vous comme vicaire pour une paroisse. »Celle de St- Zacharie (1965-1970) En 1970 je suis nommé vicaire à St- Georges- Ouest jusqu’à 1979.En 1980, je suis en plus vicaire à St- Jean- de –La –Lande.

En 1981, je retourne à l’Université Laval en Théologie pastorale pour un an. Priorités : Bible et Spiritualité .En 1982.je suis nommé. Curé à St Gédéon pour deux mandats de 6 ans, en plus, vicaire à St- Robert Bellarmin pour les deux dernières années du mandat.

J’ai été très heureux dans la Région de la Beauce 30 ans de service à des gens généreux, responsables et très dévoués.

Voici mes réalisations les plus valorisantes en Beauce

Ouverture d’un Centre Dieu avec une équipe de prêtres et laïcs, très bien structurée.
Responsable de la Rencontre et du Cursillo.
Vivre à deux pour couples en difficulté, avec une équipe formée par le diocèse et des experts de l’Université Laval. Cette équipe a attiré au-delà de cent cinquante couples.

En 1993, mon évêque me demande de changer de Région Pastorale et d’être membres d’une équipe pastorale pour réaliser les regroupements de paroisses dans la Région de l’Amiante (Thetford Mines).Il nous incite à favoriser l’implication et la prise en charge des laïcs, dont le rôle et la place sont de plus en plus reconnus et appréciés, vu la baisse du nombre des prêtres et leur vieillissement .Mgr Maurice Couture demande de réduire le nombre des paroisses et de regrouper les services.

En 1994 et 1995, déjà un premier comité de fusion, composé de représentants des Conseils de fabrique et du conseil de pastorale,a entrepris des travaux préliminaires pour réaliser la fusion et ce , depuis septembre1998. Les premières séances d’information sont tenues dans chaque paroisse. La fusion se fait en deux étapes par respect des mentalités.

Pourquoi tous ces changements?

Vous le savez, lorsqu’on arrête de changer, c’est parce qu’on est mort ou qu’on va mourir bientôt. Changer, c’est s’adapter, comme un enfant qui naît, grandit,se développe et prend toute sa place. L’Église est un organisme vivant, fait de personnes vivantes qui s’adaptent au monde dans lequel elles ont à évoluer .Et la mission de l’Église, comme de chaque communauté chrétienne, c’est d’annoncer l’Évangile,la Bonne Nouvelle,la présence et l’action de Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui.

Première fusion (1996-97) : Jumelage de trois paroisses : St Alphonse, Notre-Dame de la Présentation et St Noël Chabanel.

Deuxième fusion (1999-2000) Trois autres paroisses s’ajoutent : St Maurice, Ste Marthe et St Jean- de – Brébeuf.

Nos réalisations à Thetford les plus valorisantes :

Grâce à un curé (Patrice Vallée) délicat et respectueux des gens, nous avons pu restreindre les structures sans diminuer les services aux milieux, et alléger la tâche des pasteurs sans devenir fonctionnaires.

Dans ce contexte, on s’aperçoit bien qu’on ne fonctionne plus chaque paroisse fermée sur elle-même,mais en communauté plus large. Fini l’esprit de clocher. Nous avons un lieu de résidence pour les prêtres, un Conseil de Pastorale unique,et un centre unique pour l’administration des six paroisse.

Pour ce qui est de moi, l’équipe pastorale m’a confié la pastorale dans les 20 Foyers et à domicile. J’en suis ravi. C’est mon bénévolat de semi- retraité.

En plus des six paroisses, Mgr. Couture nous a demandé de desservir Black Lake et Coleraine. Voilà mon parcours depuis le séminaire St Georges.

J’ai hâte de vous revoir tous en juin.

Roger Vachon
East Broughton 21 avril 2006

21/04/2006

Jean-Louis Rodrigue

Voici la lettre que Pierre Roy a reçue  de Jean-Louis Rodrigue
 
 
Sherbrooke, le 19 avril 2006
 
 
Mon cher Pierre,
 
Quelles ne furent ma surprise et ma joie de recevoir tout récemment une invitation à votre 50ième anniversaire de rhéto. Vous avez le coeur bien placé pour vous souvenir ainsi de vos vieux maîtres qui, à l'époque, vous ont torturés avec des cours vétustes et une discipline inspirée du Moyen Âge...
 
Malheureusement, je me vois contraint de décliner votre invitation, étant retenu dans une autre activité en ces jours. Puis-je te demander de présenter mes hommages et mon meilleur souvenir à tous les copains. Dis-leur qu'en me replaçant dans mon lointain passé, il me revient que j'ai toujours considéré votre promotion comme une des plus qualifiées qu'il m'ait été donné de côtoyer.
 
Je me propose de vous raconter un de ces jours mon modeste parcours sur le site internet que tu mentionnes dans ton envoi.
 
Je souhaite à tous une bonne continuation dans la carrière et une agréable retraite déjà pas si lointaine.
 
Merci encore d'avoir pensé à moi. Portez-vous bien,
 
Jean-Louis Rodrigue

20/04/2006

L'abbé Fernand BERNIER

medium_fernand_bernier-small.jpgPARCOURS DE VIE

Je suis né le 2 février 1923 à St-Édouard de Lotbinière. Mon père, Candide Bernier, était cultivateur et ma mère, Marie Bernier, était institutrice. Je suis l’aîné d’une famille qui comprend, à l’exception de moi-même, quatre autres garçons et deux filles. J’ai fait mes études primaires à St-Édouard. J’ai complété mes études classiques ainsi que mes études théologiques au Petit et au Grand Séminaire de Québec. Je fus ordonné prêtre le 20 juin 1948.

Au cours de l’année 1949-1950, je fus vicaire à St-Apollinaire. De 1950 à 1966, j’ai été professeur au Petit Séminaire de St-Georges. Au cours de cette dernière période, de 1958 à 1961, j’ai poursuivi des études universitaires à la Faculté des Lettres de l’Université Laval et à Paris. Au cours des années qui ont suivi mon départ, en 1966, du Séminaire de St-Georges, j’ai exercé les ministères suivants : vicaire à Loretteville (1966-1971); curé à Breakeyville (1971-1975); curé à Notre-Dame du Chemin (1975-1987); curé à St-Pie X (1987-1989).

En février 1989, je me suis retiré à la Résidence de La Mennais de St-Augustin tout en poursuivant diverses activités dont, notamment, celle d’agir comme aumônier au sein de cette institution (1989-2003). Depuis juillet 2003, je demeure à la Résidence Cardinal-Vachon, en partageant ce milieu de vie avec plusieurs autres prêtres dont notamment certains confrères qui ont également travaillé comme professeurs au Séminaire de St-Georges.

En terminant, je tiens à mentionner ce qui suit. En octobre 1979, j’ai accueilli, à titre de tuteur, quatre jeunes réfugiés cambodgiens. En 1988, j’ai eu le grand privilège de devenir officiellement le père adoptif de ces quatre jeunes.

Fernand Bernier, prêtre
Québec, le 20 avril 2006-04-20